Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Mizania DD arrow Mizania DD
Mizania DD Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 1
FaibleMeilleur 
01-10-2008
Index de l'article
Mizania DD
Lutter contre le gaspillage de la nourriture
Dossiers
  Dossiers

La vie des déchets triés en France.

 

Lorsque les camions de collecte sélective les déversent (en vrac) dans un centre de tri. C’est le grand bazar : papier, carton, alu, acier, plastique de toutes les sortes forment des montagnes multicolores dans le hangar d’entrée.

Les “gros refus” écartés

Chargés sur la chaîne de tri, les déchets passent dans les mains des “prétrieurs”. Ici, sont écartés les “gros refus”, notamment les sacs en plastique pleins et fermés. “Les opérateurs ne sont pas autorisés à les ouvrir, car on ne sait pas ce qu’il y a à l’intérieur”. Dans ce centre, le taux de refus (erreurs de tri : par exemple les pots de yaourt) est de 14%, (la moyenne nationale de 20%). Le refus part à l’incinération ou en décharge.

Des machines surprenantes

Le long de la chaîne, les déchets sont progressivement triés par affinités : journaux et magazines, gros de magasins (cartons et emballages),  acier, alu, briques alimentaires, plastique PET clair et PET foncé (les bouteilles d’eau et de sodas), PEhd (les flacons). De surprenantes ma­chines ont remplacé l’homme sur de nombreux postes. Une énorme “machine à laver” sur 10 mètres de long sépare les journaux des autres flux. Ailleurs des engins dignes de Charlie et la chocolaterie exécutent leur tâche “avec une précision supérieure à 99,8%”.

Un crible balistique se sert de l’effet de rebond sur les matériaux pour séparer les corps creux des corps plats. Un aimant se charge ensuite d’enlever les métaux. Mais le plus étonnant est le tri optique des plastiques. Un capteur intelligent est capable de distinguer le PET du PEhd ; un souffle est ensuite dirigé précisément sur l’objet identifié pour l’envoyer vers le haut ou vers le bas ! Un spectromètre sépare enfin le PET clair du PET foncé.   Les grosses balles de chaque matériau sont désormais prêtes pour le recyclage.   

Trier plus pour recycler plus

Aujourd’hui, en France, 61,3% des emballages ménagers sont recyclés. Le recyclage permet :

  • Economiser sur les matières premières.
  • Réduire les émissions de CO2.

Selon une étude d’Eco-Emballages (chargé du tri et du recyclage des emballages), près de 3/4 des Français déclarent préférer un produit fabriqué à partir de matière recyclée à un produit classique. Mais comment les distinguer ? La moitié des personnes interrogées se fient au “point vert”. Or, ce logo signifie que l’entreprise qui a mis l’emballage sur le marché a payé pour sa collecte et son recyclage, et non que l’emballage est recyclé. Pour mettre fin à cette ambiguïté, Eco-Emballages vient de modifier ce logo. Le nouveau logo est lancé en même temps qu’un site Internet pour aider à se retouver dans le  tri : ecoemballages.fr.  

L’agrément pour "mission d'intérêt général" dont bénéficie Eco-Emballages depuis 1992 pourrait être suspendu. Depuis cette date, la loi oblige les entreprises à participer au recyclage en contribuant financièrement en échange d'un sceau point vert délivré par Eco-Emballages. Ce flux d'argent, estimé à 411 millions d'euros en 2007, est ensuite distribué aux collectivités locales.

 

Jusqu'à l'automne, le secteur du recyclage vivait sur un petit nuage : progression à 2 chiffres de l'activité et du chiffre d'affaires ; prix des matières premières secondaires (issues du recyclage) orientés durablement à la hausse ; image surfant sur la vague environnementale... Mais, en septembre 2008, avec la crise, tout s'est arrêté

 

L'effet s'en fait sentir aujourd'hui sur l'ensemble de la planète. En Chine, des millions de travailleurs, dont l'activité consistait à trier des déchets en provenance des pays riches, ont perdu leur emploi du jour au lendemain. En Europe et en Amérique du Nord, les stocks de papiers, métaux et plastiques recyclables s'amoncellent. "De 5 à 6 bateaux de ferrailles qui partaient chaque mois pour la Turquie, le premier importateur mondial, on est passé à 1 ou 2".

Les perspectives de reprise de l'activité restent très incertaines.

C'est tout l'équilibre du secteur qui est remis en cause par la crise, et, à travers lui, la pérennité de la filière de tri, de collecte et de recyclage des déchets. "Nous avons deux sources de revenus : le prix des matières premières que nous revendons, et la prestation de l'enlèvement que nous facturons au détenteur du déchet, , patron de la société Paprec. Si vous vendez la tonne de carton aux alentours de 100 euros, vous pouvez ne rien facturer au détenteur. Mais quand elle est à 20 euros, comme actuellement, ça ne vaut pas le coup d'aller la chercher si vous ne pouvez pas en tirer 30 ou 40 euros supplémentaires de prestation."

Résultat : plutôt que de payer, les détenteurs de déchets qui le peuvent stockent en attendant des jours meilleurs. Les voitures s'entassent dans la filière, le prix actuel des métaux et des matières plastiques ne justifiant plus économiquement leur démantèlement. Le cours des ferrailles était monté à 480 euros la tonne en juillet 2008. Il est passé sous la barre des 100 euros fin 2008.

 

Le recyclage n'est pas la seule solution : l'incinération avec récupération d'énergie peut être une alternative intelligente du point de vue économique."

 

le prix de la tonne de papier collecté a déjà augmenté de 20 livres sterling (21 euros).

 

A court terme, faute de perspective de remontée rapide des cours, le risque existe aussi de voir les détenteurs de stocks de déchets périssables tenter de s'en débarrasser en les envoyant en décharge ou en incinérateur.

 

Les tensions sur le secteur ne devraient pas avoir de répercussions directes pour les particuliers : la filière de collecte sélective des ordures ménagères est financée par les entreprises qui commercialisent des produits emballés, et les collectivités territoriales disposent de clauses leur garantissant l'enlèvement des déchets recyclables.

 

Volume. Entre 700 et 800 millions de tonnes de matières premières secondaires (issues du recyclage) seraient produites chaque année dans le monde, selon l'économiste Philippe Chalmin.

Marchés. Les deux principaux marchés sont ceux des métaux et du papier-carton. Ils sont les plus touchés par la crise, avec celui des matières plastiques. Dominé par la Chine, qui totalise plus de la moitié des importations mondiales, le marché des papiers-cartons a vu des cours divisés par 6 entre juillet et décembre 2008. Porté ces dernières années par la hausse des prix des métaux, le marché des ferrailles a connu un retournement tout aussi violent.

Industrie. En Europe, 60 000 entreprises (à 95 % des PME) travaillent dans le secteur du recyclage. Les 2 450 entreprises françaises emploient environ 32 000 personnes.

Commentaires
Ajouter un nouveau
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:):grin;)8):p:roll:eek:upset:zzz:sigh:?:cry
:(:x
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."



Dernière mise à jour : ( 20-05-2012 )
 

Articles similaires