Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Spécial étudiants arrow L’orientation des bacheliers au Maroc
L’orientation des bacheliers au Maroc Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 2
FaibleMeilleur 
02-06-2012
Index de l'article
L’orientation des bacheliers au Maroc
Quelques conseils pour préparer le bac

Tous les ans, des dizaines de milliers de jeunes bacheliers vont devoir faire le choix souvent décisif de la formation dans le supérieur. L’orientation est critique, car d’elle, peut dépendre la suite de toute une vie. Vaut mieux donc éviter les erreurs.

Pour de nombreux bacheliers, le premier réflexe consiste à aller à la faculté la plus proche de son domicile ou s’inscrire dans une fac par défaut en attendant une hypothétique réorientation l’année suivante. Résultat, les établissements dits à accès ouvert dans les universités se transforment parfois en maternelles pour adultes et en hub de transit (l’université Hassan II à Casablanca, la Faculté de Droit accueille près de 15.000 étudiants).

 

Le résultat de ce déficit d’orientation se traduit automatiquement dans la déperdition et le taux d’abandon en première année de licence fondamentale. L’abandon dès la première de ce cycle oscille entre 25 et 30% selon les universités.

 

 Il faut donc s’informer. Il existe de nombreux canaux d’accès à l’information, mais il est préférable de s’y prendre à l’avance

 

L’état

un dispositif de guichets doté de centaines de fonctionnaires est entretenu pour aiguiller les élèves du public. Mais à la pratique, celui-ci est tout, sauf efficace. Même à l’heure de l’internet triomphant, l’information pour guider les futurs étudiants est rare, et lorsqu’elle existe, elle souffre d’un manque de pertinence et elle n’est pas souvent actualisée.

Certains lycées (initiatives locales)

Plusieurs lycées organisent des journées d’orientation en invitant des professionnels pour témoigner de leur expérience. L’idée consiste à susciter quelques vocations auprès des jeunes.

Les élèves de la filière professionnelle du Lycée Descartes à Rabat consacrent tous les ans au mois de mars, une journée où sont conviés des professionnels de différents métiers qui se termine par une conférence sur le marché de l’emploi.

A Casablanca, le lycée Mohammed V organise régulièrement la caravane de l’entrepreneuriat.

 

Que faire face à ces insuffisances ?

 

L’initiative personnelle

 

L’initiative personnelle est capitale. Il faut aller à la recherche de l’information sur les secteurs porteurs de l’économie, les filières d’excellence, etc. La propension à s’insérer dans le marché du travail doit être le critère majeur dans le choix.

 

L’entourage familial et le milieu social jouent un rôle crucial. Il ne faut pas oublier le corps enseignant.

 

Afin de minimiser les risques des choix hasardeux, les experts conseillent d’identifier d’abord ses prédispositions et ses capacités à réussir dans une filière avant même l’intérêt que l’on puisse lui manifester. Le métier à exercer est le facteur primordial à prendre en considération dans le choix. C'est la moitié du chemin vers la bonne décision.

 

La démarche complémentaire est de s'informer pour dissiper les préjugés qui entourent certaines filières, faire une synthèse personnelle puis choisir l'établissement qui prépare le mieux au métier souhaité, sans craindre les instituts qui proposent des concours.

 

Établir des recherches sur internet –ou directement avec les services d’orientation des grandes écoles - des descriptions de métiers et des données sur les différents secteurs. Les métiers liés aux technologies de l'information en sont un très bon exemple. Les employeurs recrutent à l’école même les élèves ingénieurs en TIC alors qu’ils n’ont pas encore achevé leurs études.

 

Les études courtes ne sont pas à écarter. Les diplômes Bac +2/3 ainsi que les licences professionnelles sont demandés et permettent une intégration rapide dans le monde du travail. Pour un étudiant qui doit se prendre en charge au plus tôt, ils constituent souvent la bonne option.

 

 

Face aux lacunes du public, plusieurs structures se sont lancées sur le créneau de l’orientation.

 

 

Le groupe Lycéens du Maroc

www.eforum.ma

 

Ce groupe a créé un forum virtuel de l’orientation qui a été  accessible à tous du 11 au 13 mai 2012.

 

Cette plateforme en 3D propose un panel de formations disponibles au Maroc. Des brochures seront directement téléchargeables sur le site. Celui-ci promet d’être animé avec des responsables pédagogiques proposant des vidéos pour présenter les formations concernées, des photos, des tests d’orientation.  Ces tests aideront les futurs étudiants à choisir les filières dans lesquelles ils seront le plus productifs.

 

Ainsi, via des questions, les visiteurs pourront mesurer leur taux de compatibilité avec les écoles et universités partenaires. Ce qui ne les empêchera pas d’avoir accès à l’ensemble des formations exposées dans ce e-forum.

choix des écoles

www.etudesaumaroc.com

 

Annuaire marocain d’orientation pour la formation

www.etudes-au-maroc.com

 

Portail des métiers et de l’emploi des jeunes

www.moustaqbali.ma

 

Site de l’étudiant marocain

www.etudiant.ma

 

 

Les forums

 

Les salons et les forums constituent aussi un moyen pour trouver sa voie. Le plus connu est le Forum international de l’étudiant qui se tient à la foire internationale de Casablanca (si quelqu’un a connaissance d’autres événements nationaux ou régionaux, qu’il n’hésite pas à me le signaler).

 

Pour guider les jeunes et les informer sur les spécialités de l’enseignement supérieur et technique (filières universitaires, classes prépas, formation professionnelle et formations spécialisées…), le forum met en scène plusieurs secteurs, lesquels réunissent plus de 750 exposants (ministères, offices, ambassades, académies régionales, universités, grandes écoles, écoles supérieures et professionnelles, publiques et privées, nationales et internationales, entreprises, agences et cabinets de recrutement…).

 



Dernière mise à jour : ( 08-06-2012 )
 
Suivant >